Jovenel Moïse demande aux candidats perdants du 25 octobre à reconnaître leur défaite

Confiant de sa victoire à la présidentielle d’octobre, le candidat du parti au pouvoir PHTK, Jovenel Moïse, à trois jours de la tenue du scrutin, a rencontré la presse pour faire le point sur les axes prioritaires de son programme politique. L’occasion pour le prétendant à la magistrature suprême de l’Etat de défier, en présentant des bananes issues de sa mûrisserie fraîchement installée à Port-au-Prince, certaines critiques faisant croire que le slogan « Nèg bannann » est une stratégie pour attirer la sympathie de la masse paysanne sans que ce soit une réalité en tant que telle.

Avant même d’entamer la compétition dimanche prochain, le représentant du pouvoir en place tente de séduire des incertains par la présentation des points clés de son programme au grand public. Au-delà des critiques diverses à son égard, Jovenel Moïse se présente comme le candidat du changement et de nouvelles thématiques dans la vie politique haïtienne.

Entre autres thématiques évoquées, les différents axes de son quinquennat ont été également à l’ordre du jour au cours de cette rencontre. « Mon programme repose sur la terre, l’eau, le soleil et les hommes. C’est un discours novateur qui est loin de tout ce qui se faisait par le passé, tout le potentiel est là pour réussir et développer le pays», fait remarquer Jovenel Moïse.

Il a en outre exhorté les candidats à ne plus exploiter la misère de la population pour arriver à leur fin. « Il vous faudra accepter votre défaite; ceux qui, dès à présent, dénoncent de possibles trucages des votes sont ceux qui sentent déjà venir la défaite. Je suis un gagnant toute ma vie et mon parcours professionnel peut grandement en témoigner ; ce qui n’est nullement le cas pour les 53 autres candidats en lice pour la présidentielle d’octobre », indique Jovenel d’un ton rassurant.

Jovenel appelle les partisans de PHTK à la tolérance

« Nous sommes partisans de la paix et de l’amour, nos couleurs- rose et blanc- l’illustrent parfaitement. Nous demandons à nos partisans de ne pas porter des maillots ayant le logo du parti pendant les élections afin de n’intimider personne, insiste Jovenel Moïse. Nous devons garder notre calme et voter dans la sérénité pour élire notre leader à la tête du pays », déclare le candidat et homme d’affaires du Nord-Est. Il estime d’un autre côté que le PHTK était également victime aux élections, citant la mort de leur coordonnateur à Dondon. « Les élections en Haïti sont toujours émaillées de violence, nous le reconnaissons, mais, par contre, nous demandons à nos partisans de veiller au respect de leurs votes dans la paix.»

Jovenel Moïse exhorte le CEP à corriger les erreurs du 9 août

Au cours des échanges avec les journalistes, Jovenel Moïse a demandé aux membres du Conseil électoral provisoire (CEP) d’assurer une meilleure sécurité au cours des élections pour barrer la route aux fauteurs de troubles. En outre, il en a profité pour demander au CEP de mettre en place une meilleure logistique pour favoriser un bon déroulement du processus.

Jovenel présente des bananes sorties de son usine

figues_bananes-agritransContrairement à la critique formulée quant à la disponibilité des bananes sur le marché haïtien, le candidat à la présidence a profité de cette rencontre pour présenter certaines des denrées récoltées de ses plantations dans le Nord-Est dont une partie a été transportée dans son usine destinée au mûrissement de ces bananes dans exactement trois jours. « Contre toute attente, je viens de faire installer une nouvelle usine à Port-au-Prince qui pourra répondre, selon lui, à 40% des figues-bananes que l’on importait de la République dominicaine. Cette usine peut fournir jusqu’à 80 tonnes par semaine. Grâce à notre production, le coût du régime de banane passe de 300 à 75 gourdes dans le Nord-Est. »

La présentation de ces échantillons de bananes s’inscrit, selon le candidat du « Parti haïtien Tèt kale », dans une logique de couper court aux rumeurs visant à l’affaiblir devant l’opinion publique en ce qui a trait au pilier central de son programme qu’est l’agriculture.

Le Nouvelliste