Jovenel Moïse promet continuité, correction et innovation

À moins de 6 jours du scrutin, le prétendant à la présidence sous la bannière du PHTK a présenté les grands axes de sa vision pour la relance économique et le développement endogène d’Haïti. Le dauphin de Michel Martelly indique que sa gouvernance s’inscrira dans la continuité de l’administration de son prédécesseur, dans la correction (si possible) des erreurs commises et dans l’innovation. Il a profité de l’occasion pour présenter ses sympathies au parti Renmen Ayiti, dont un membre a péri dans un accident de circulation.

Alors que le compte à rebours a déjà commencé, Jovenel Moïse se voit déjà en successeur de son mentor, Michel Martelly. L’originaire de Trou-du-Nord a présenté, ce lundi, les pivots de son programme politique s’arcboutant sur l’agriculture, le tourisme, la construction et les services. Accompagné d’Ann Valerie T. Milfort, présidente de la Plateforme PHTK et de Liné Balthazar, membre du conseil d’administration, l’homme de 47 ans indique tout de go que sa gouvernance se situera entre la continuité, la correction et l’innovation. « Je vais continuer les bonnes œuvres de l’administration Martelly, j’y apporterai des corrections si nécessaires, mais je ferai beaucoup d’innovations », explique-t-il, vantant les réalisations de Michel Martelly, dans son programme des 5 E.

Très à cheval dans le domaine de l’agriculture, Jovenel Moïse déclare qu’il va l’exploiter comme l’un des domaines clés. « La République dominicaine a fait un bond en valorisant sa production nationale agricole. Nous devons reproduire cet exemple en revalorisant notre production nationale dans le secteur agricole et la transformation », croit-il. Pour placer Haïti définitivement sur la voie du progrès, le candidat prône une meilleure exploitation de la terre, de l’eau, du soleil, de la main-d’œuvre. Il trouve anormal que cette population constituée de plus de 70% de jeunes ne se tourne que vers l’extérieur pour trouver un mieux-être. « Il faut trouver d’autre modèles. Il faut construire le rêve haïtien », dit-il.

Dans le tourisme, Jovenel Moïse signale que de nombreux efforts ont déjà été réalisés sous Martelly. « Il y a eu plus de 2 500 chambres d’hôtel construits en Haïti », fait-il remarquer, entre autres. Il promet de valoriser les sites touristiques dans l’optique d’une maximisation des profits. « Haïti possède une histoire, une culture et un climat extraordinaires. Il faut donc faire du tourisme un secteur prioritaire », dit-il, misant sur des partenariats avec le secteur privé.

Jovenel Moïse se dit conscient de la complexité du secteur de la construction. Ces défis concernent notamment les problèmes fonciers, l’aménagement du territoire, etc. « Nous allons travailler pour endiguer la spoliation en mettant un contrôle strict des notaires, des arpenteurs, et de la DGI. Avec le ministère des Finances, nous allons coiffer ces trois entités afin de voir dans quelles mesures on peut apporter une solution », promet-il, ajoutant qu’il faut coordonner l’action des institutions telles que CIAT, EPPLS UCLBP et ONACA afin de réguler la nébuleuse de l’aménagement du territoire. Le candidat du PHTK déplore que des firmes étrangères décrochent de gros contrats en Haïti tandis que les firmes haïtiennes n’en bénéficient pas et que les techniciens haïtiens n’acquièrent rien comme expérience. « Nous allons exhorter le Parlement haïtien à voter une loi qui permetteà nos firmes de bénéficier d’environ 30% des contrats signés avec les entreprises étrangères », promet-il.

Concernant le secteur des services, Jovenel Moïse promet d’en faire un pôle d’emplois pour la jeunesse. « Nous allons encourager la BPO (en français : externalisation des processus d’affaires). Cette externalisation concerne notamment les centres d’appels, les services à la clientèle, les services après-vente, etc. La plupart des petits pays créent plus de 100 000 emplois dans ce domaine. Sous notre administration, nous allons utiliser ce domaine pour créer plusieurs milliers d’emplois », a-t-il indiqué.

À ceux qui doutent de la grande capacité financière de l’équipe « Tèt kale » dans la campagne électorale, Jovenel Moïse indique tout n’est pas rose comme on l’aurait pensé. « Le décret électoral stipule que le candidat à la présidence peut obtenir jusqu’à cent millions de gourdes de financement. Jusqu’à présent, notre compte n’a pas encore atteint ce seuil. En tant que parti politique, nous demandons de l’aide comme c’est le cas pour les autres partis », indique-t-il, appelant les membres du secteur privé à lui venir en aide (financière).

Pour résoudre le problème de la sécurité de la population, Jovenel Moïse indique, entre autres, qu’il va créer une force de défense et une police rurale. D’autre part, il promet d’organiser les états généraux de l’Université afin de permettre à l’UEH de jouer son rôle dans la construction de la société. Par ailleurs, le candidat du PHTK déplore les actes de violence dont sont victimes ses sympathisants notamment à l’Estère. Il demande au CEP, à la PNH et à la MINUSTAH de tout mettre en œuvre pour garantir un climat de sécurité et de sérénité le jour du vote.

Par ailleurs, Jovenel Moïse continue à parcourir le pays dans le cadre de sa campagne présidentielle. Après avoir fait escale à Saint-Louis du Sud, il a été au Champ de Mars. Accompagné du président de la République Michel Joseph Martelly et de quelques artistes bien connus dans le milieu , Jovenel Moïse a défilé au Champ de Mars sur un char de carnaval. Le candidat du parti au pouvoir surnommé, « Nèg bannann nan », a promis de revaloriser les sites touristiques, de créer des milliers d’emplois dans la sous-traitance et l’agriculture. Il a aussi promis qu’il va mettre sur pied une force de défense pour contrôler les frontières et freiner la contrebande qui est fréquente dans ces endroits. « Dans le budget 2015-2016, il y a des ressources pour cette force », a indiqué Jovenel Moïse.

Le candidat à la présidence du PHTK a annoncé également qu’il va organiser un festival d’été au Champ de Mars dans le but d’attirer les touristes. Il a annoncé au public qu’il va alimenter Labadie et la Citadelle à partir du téléphérique. Jovenel Moïse a promis de faire passer le nombre d’emplois dans la sous-traitance à 90 000.

Le Nouvelliste