Le problème des ouvriers n’est pas seulement le salaire minimum, selon Jovenel Moïse

En visite au Parc industriel métropolitain de la SONAPI, le candidat du Parti haïtien tèt kale (PHTK) a échangé avec des milliers d’ouvriers de la toile. Accompagné de sa femme, Jovenel Moïse leur a apporté un message de soulagement à leurs conditions de travail.

La Société nationale du parc industriel (SONAPI) a accueilli, mardi, en milieu de journée, la visite du candidat à la présidence sous la bannière du parti au pouvoir, Jovenel Moïse. Des milliers d’ouvriers se bousculaient pour voir et se prendre en photo avec le champion des tèt kale. Certains qui l’ont vu pour la première fois ont du mal à croire que c’était bien celui qu’on surnomme « nèg bannann nan ». « Ah ! C’est cet homme qu’est Jovenel Moïse. Qu’il est jeune! », s’étonne une femme qui travaille au parc industriel.

Arrivés à bord de trois véhicules, dont deux locations, Jovenel Moïse et des membres de son staff de campagne ont rendu cette visite aux ouvriers de la toile du Parc industriel métropolitain en vue de compatir aux problèmes des travailleurs dans ce secteur et de prendre des engagements qui vont les soulager sous sa présidence. « Le problème des ouvriers n’est pas seulement le problème du salaire minimum, mais c’est surtout le problème de la vie chère », a indiqué le candidat devant des ouvriers du parc, ajoutant qu’il a la solution à leurs difficultés. Jovenel Moïse leur promet de toucher à trois aspects fondamentaux qui vont soulager leurs situations au Parc industriel métropolitain.

« Sous ma présidence, je vais subventionner votre transport et votre nourriture. Je vais également installer au parc un magasin pour vous permettre chaque samedi de vous approvisionner, sans payer des taxes, pour la semaine », a déclaré le candidat de PHTK, soulignant que les ouvriers sont l’âme de la production nationale. M. Moïse leur promet également de les aider à avoir une assurance-maladie.

Pour l’ancien président de la Chambre de commerce et d’industrie du Nord-Ouest, l’aspect social est plus important que de focaliser toute l’attention sur le simple salaire minimum. « Ces mesures vont permettre d’améliorer leurs conditions de vie plus facilement », a-t-il fait comprendre, indiquant toutefois que sa présidence va également encourager à améliorer le salaire minimum.

« Nèg bannan nan » compte aussi innover dans le secteur du textile. « Nous allons également être l’instigateur du 3 chiffres dans le code du travail en Haïti », a fait savoir Jovenel Moïse, soulignant que sans une gourde d’investissement, les emplois dans ce secteur peuvent être multipliés par 3. « Un personnel neuf peut donner plus de résultats qu’un personnel qui fait de l’over time », a-t-il argué. Les opinions des personnalités, qui ont accompagné le candidat, font croire que le travail en 3 chiffres pourra réduire la pression sur le salaire minimum.

Le candidat des tèt kale a pris l’engagement, s’il est élu président, de continuer sur la même lancée que son prédécesseur, de corriger tout ce qui mérite correction et d’apporter des nouveautés au cours de son administration.

Le Nouvelliste